Méthodologie d'une Psychologue Clinicienne hors norme

Un jour, son superviseur a demandé à Fabienne Soria : « pourquoi êtes-vous Psychologue ? « Elle s’en souvient comme si c’était hier. Surtout de cette expression qui, tout à coup, a pris tout son sens : « interloquée. » Personne ne lui avait jamais posé, aussi simplement, cette question. En dehors des banalités d’usage qu’elle aurait pu avancer, elle est restée doucement silencieuse. Et pendant des années, cela l’a taraudée.

Une Psychologue qui ne travaille pas seule dans sa bulle

Précisons que les Psychologues Cliniciens passent - en principe - par des entretiens de supervision. Il leur revient de solliciter un de leurs pairs, plus âgé en expérience, pour contrôler leur façon de travailler, leur capacité à faire face au stress généré par leur pratique qui, pour être passionnante n’en est pas moins éprouvante, parfois… Et oui le psychologue est une personne de chair et de sang qui paye aussi ses propres entretiens !

Fabienne Soria me reçoit dix ans, plus tard.

Cette fois, c’est moi qui ai besoin d’un conseil avisé, au tournant de ma carrière.

Une Psychologue qui s'enrichit d'expériences dans de multiples domaines

Je la retrouve, comme je l’avais ressentie la première fois, lorsqu’elle était venue éprouver son savoir-faire, sur quelques cas épineux.

La même authenticité, en plus mature, comme un grand crû –oserais-je dire – que les années auraient encore enrichi en subtilité. Son prodigieux don d’écouter les mots aussi bien que les silences, qui m’avait tant impressionné, s’installe immédiatement et mes interrogations, voire mon inquiétude, trouve un cadre chaleureux où s’apaiser.
Son regard vert pétille de petites étoiles dorées. Elle repère, instantanément, les zones d’ombre qui m’empêchent de trouver une ou plusieurs solutions à mon problème. Et de ce timbre de voix inimitable et mélodieux, elle m’interpelle mi malicieuse, mi bienveillante
Et toujours réconfortante. A l’image d’une petite Fée des Bois qui prendrait la main du promeneur égaré, pour le guider vers un chemin invisible à l’œil nu. Et qui se révèle à qui veut bien s’en donner la peine. Et lui faire confiance.

Sa fulgurance à saisir les enjeux de la personne » en souffrance », abandonnée comme un colis sur les rayons vides d’une poste déserte, lui permet de lui offrir la méthode thérapeutique la plus adaptée. Chaque sujet est singulier et requiert du « sur-mesure », aime-t-elle à répéter.

Avec le temps, elle s’est frottée à un nombre impressionnant de pratiques. Pour en conserver la « substantifique moëlle ».

Une Psychologue Clinicienne qui approche son patient de manière globale

Fabienne Soria appréhende le patient dans sa globalité. avec son esprit, son corps, son cerveau, sa spiritualité et sa génétique. A savoir ce qui de sa biochimie personnelle, son organisation neuronale, ses schémas cognitifs et comportementaux, sa culture propre font d’un être humain, une mosaïque unique et plurielle. Chaque approche est un outil, dans une boîte inépuisable qui va, pour le dire trop vite, de la Psychanalyse aux TCC (thérapies cognitivo-comportementales ), de la formation à la pleine conscience à l’ethnopsychologie en passant par l’hypnose. En gardant les pieds sur terre et en ne dédaignant pas la psychologie du bon sens.

Ses interlocuteurs, dans ses recherches qui côtoient constamment sa pratique, sont des philosophes, des astro-physiciens, des médecins généralistes… Bref tous ceux qui s’intéressent à l’humain : du rhume jusqu’au cœur de la cellule.

Avant de nous quitter, elle me dit, avec un clin d’œil : « j’ai un début de réponse à la question que vous m’aviez posée : si je suis Psychologue c’est peut-être pour permettre aux personnes qui viennent me voir de s’autoriser à croire en leurs rêves. A condition de les discerner des cauchemars. Et surtout de s’ancrer dans les ressources inattendues du quotidien. Ce pourrait être cela la « magie » de la guérison ! »

On ne peut pas mieux dire. A.P, son superviseur et collègue

<= Qu'est ce que la Psychanalyse ?

Une Psychologue du 94 ouverte au monde =>